La Provence des peintres View full size

Philippe Cros La Provence des peintres

Ce titre n'est plus disponible à la vente par Internet mais peut être trouvé dans certaines librairies. 

Plus de détails

9782850882692

71,00 €

Ajouter au panier

« En nous ne s'est pas endormie pour toujours la vibration des sensations répercutées de ce bon soleil de Provence (…), de ces horizons, de ces paysages, de ces lignes inouïes qui laissent en nous tant d'impressions profondes. »

Ainsi Cézanne évoquait-il sa terre natale, inépuisable source d’inspiration de son œuvre, comme elle le fut, dès le XVIIIe siècle, pour de nombreux artistes. Son charme bucolique, en continuité avec les façons de vivre du grand bassin méditerranéen, lui confère l’aura d’une autre Italie pour les artistes adeptes du Grand Tour. Quelques personnalités vont amorcer un renouveau qui a pour particularité d’exprimer la singularité de la lumière provençale. Ainsi Joseph Vernet (1714-1789) dont les célèbres vues du port de Marseille allient le spectaculaire panoramique aux détails pittoresques de la vie quotidienne locale mais aussi Hubert Robert qui peint à Ollioules et à Orange. Le peintre aixois François Granet (1775-1849), bien avant Cézanne, fait de la montagne Sainte-Victoire un motif central de ses toiles provençales. 
Autour des années 1850, sous l’impulsion d’Émile Loubon (1809-1863), se développe une tendance en rupture franche avec le style néo-classique, tendance qu’adopte un groupe d’artistes qui forme ce qu’on appelle l’École de Marseille. Leurs sujets naturalistes (travailleurs de la mer et de la terre, villages et sites du terroir) traités dans de larges perspectives offre une iconographie inédite du Midi.
Bientôt sous « l’empire du soleil » (selon le poète Frédéric Mistral) se joue l’histoire de la modernité. Avec Cézanne d’abord ; ses vues de l’Estaque, puis les forêts rocailleuses de l’arrière-pays et, bien sûr, du côté d’Aix, la montagne Sainte-Victoire amorcent la remise en question de l’espace pictural et la couleur. Vincent Van Gogh découvre à Saint-Rémy-de-Provence « le pays des tons bleus et des couleurs gaies ». De cette période féconde, il laisse deux cents tableaux et une centaine de dessins dont se souviendront les avant-garde.
À sa suite, les impressionnistes et néo-impressionnistes, puis les fauves trouvent en Provence le champ de prédilection de leurs expérimentations sur la couleur. 
D’Avignon à Nice, cette promenade dans la lumière nous conduit sur les lieux emblématiques – Arles, la montagne Sainte-Victoire, l’Estaque, le port de Marseille, Saint-Tropez, Antibes… – où les grands maîtres du XXe siècle, Bonnard, Matisse, Picasso feront définitivement entrer la Provence dans la légende de l’art. 

  • Nombre de pages 240 pages
  • Format 24 x 30 cm
  • Reliure Reliée sous jaquette
  • Illustrations 200 illustrations en couleur
  • Année de parution 2008

Donnez votre avis

La Provence des peintres

La Provence des peintres

Ce titre n'est plus disponible à la vente par Internet mais peut être trouvé dans certaines librairies. 

Donnez votre avis

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...

Rechercher

Newsletter